DOMUNI UNIVERSITAS

Métaphysique Tome 1

Métaphysique Tome 1

PHIL022    L’introduction tâche de pallier la difficulté que rencontre un lecteur moderne, plus ou moins imprégné de rationalité scientifique, à entrer en métaphysique : comment en est-on arrivé à poser la question de l’être ?

Crédits ECTS: 3
Professeur : Augustin Wiliwoli, O.P.

 Présentation
 
Une rapide présentation dégagera les intentions de ce cours de métaphysique.
 
L’introduction tâche de pallier la difficulté que rencontre un lecteur moderne, plus ou moins imprégné de rationalité scientifique, à entrer en métaphysique : comment en est-on arrivé à poser la question de l’être ? L’énigme tient à ce que cette question demeure effectivement l’impensé de toute connaissance technique ou théorique, bien qu’elle soit impliquée en tout jugement sur le réel.
 
Pour répondre à cette difficulté on a pris soin (chap. I) de signaler comment l’être se soustrait sans cesse à la pensée tout en se manifestant dans la présence du présent. Ce qu’a de paradoxal la question de l’être tient à ceci que l’être est à la fois le terme en question et la lumière de toute réponse possible. Aucune réponse ne saurait conclure la question de l’être.
 
Toutefois une distinction s’impose entre problème et question (chap. II). La philosophie a précisément pour tâche de nous éveiller à ce que l’existence du monde et la nôtre ont de problématique. Font problème les contradictions apparentes soulevées par la manifestation de l’être : étonnement devant la diversité des choses de ce monde comme devant le clivage interne à la connaissance humaine entre sensibilité et raison. Champ de référence, l’être humain apparaît comme le point de rassemblement et le condensé des manifestations problématiques de l’être.
 
Suivra (chap. III) un relevé approfondi de notre coexistence au monde dans l’expérience sensible, et, simultanément, de l’existence pour soi dans la réflexion intellectuelle. Prenant pour point de repère l’idée (le concept), on examinera tour à tour ce qu’elle nous apprend des réalités extérieures et ce qu’elle nous révèle, au terme du cogito, sur le mode d’existence du sujet connaissant.
 
On abordera alors (chap. IV) la question fondamentale de la vérité, où il apparaîtra que l’être humain est non seulement le détenteur de jugements vrais, mais que son existence, en l’ouvrant au monde, est le lieu de la vérité. En effet, la co-appartenance de la pensée et de l’être montre que le propre de l’homme est de subsister, si par subsister on entend l’acte d’être en faisant retour sur soi. Ce principe servira à démêler la double propriété de l’âme humaine : celle de subsister et celle d’être forme d’un corps. A partir de quoi sera étudiée l’essence de la personne humaine. Sous-jacente à l’ensemble de ces problèmes, on relèvera la distinction fondamentale entre l’essence et l’existence, plus précisément entre l’étant et l’être.
 
Enfin (chap. V), cette distinction servira de base à la démonstration de l’existence de Dieu comme Acte pur d’être, ESSE SUBSISTENS. On saisira enfin que l’être se dévoile non seulement en l’impensé, mais en l’impensable.
 
Le parcours proposé a pris pour guide la pensée de S. Thomas d’Aquin, dans la mesure où, en inversant l’ordre théologique des questions, on peut tirer de son œuvre un cheminement philosophique qui, partant des réalités de ce monde, remonte à leur cause première. Ajoutons qu’au long de ce parcours nous avons entretenu un échange avec les philosophies, anciennes ou modernes, qui ont touché aux mêmes questions, mesurant à chaque fois comment la différence des solutions prend racine de la différence des problématiques.
 
 
Plan général du cours
 
Tome I
 
  • Introduction
  • I – L’être en question
  • II – La problématisation de la question de l’être
 
Tome II
 
  • III – Expérience de l’être et critique de la connaissance
 
Tome III
 
  • IV – La vérité de l’être
  • V – L’affirmation de Dieu
 
 
On pourra consulter les ouvrages de l’auteur relatifs à ce cours :
  • - Le mystère de Dieu, Desclée, Tournai, 1963
  • - Vérité de l’être et affirmation de Dieu. Essai sur la philosophie de Saint Thomas, Paris, Vrin, 1974


***

 
Plan du Tome 1
 
Etape 1
 
Introduction 
 
1. L’intention métaphysique 
  • 1.1. Un savoir qui ne veut présupposer aucune connaissance préalable 
  • 1.2. Un savoir qui ne se présuppose pas lui-même comme savoir 
  • 1.3. Un savoir qui enveloppe le savant lui-même 
  • 1.4. Conclusion 
 
Etape 2
 
2. L’intention métaphysique en tant qu’interrogation de la pensée sur elle-même : Que signifie penser ? 
 
  •  2.1. Le désir révèle l’essence de la pensée 
  •  2.2. L’essence du désir se révèle dans ce qui se soustrait sans cesse à la pensée
  •  2.3. Ce qui se soustrait sans cesse à la pensée ; c’est "ce qui est en question", l’impensé de l’être, manifesté dans la présence du présent 
 
Etape 3
 
I. L’être en question : Le dévoilement de l’être comme l’impensé du déjà-pensé 
 
1. Le dévoilement de l’être dans l’impensé de toute connaissance objective 
 
  • 1.1. Critique de la notion de vérité pratique 
  • 1.2. Critique de la vérité théorique 
  • 1.3. La pensée de l’être 
 
Etape 4
 1.3.3. Discussion : Descartes – Kant
 
 
Etape 5
 
2. La manifestation de l’être comme l’impensé du sujet connaissant 
 
  • 2.1. Approfondissement de la question 
  • 2.2. La réduction phénoménologique
  • 2.3. La réduction idéaliste 
 
Etape 6
 
  • 2.4. La réduction ontologique
 
Etape 7
 
II. La problématisation de la question de l’être 
 
1. Introduction
  • 1.1. La manifestation de sa Présence 
  • 1.2. De la question au problème
 
2. Les problèmes soulevés par l’étant comme étant, objectivement parlant : l’étonnement devant la diversité des choses 
 
  • 2.1. Dans l’ordre du devenir 
  • 2.2. Dans l’ordre de la composition 
  • 2.3. Le devenir « substantiel » 
 
Etape 8
 
3. Les problèmes soulevés par l’étant humain en tant que sujet connaissant 
 
  • 3.1. Comment la connaissance de l’étant en totalité se développe en connaissance de la connaissance de l’être 
  • 3.2. Comment la connaissance de l’être est à la fois a priori et a posteriori
  • 3.3. Comment la connaissance de l’être peut-elle m’ouvrir à la connaissance de moi-même et à celle d’autrui ? 
 
4. Conclusion : l’homme, lieu de la manifestation problématique de l’être