DOMUNI UNIVERSITAS

Journées d'Etudes Participatives (JEP)

jepppparis

Qu'est-ce qu'une J.E.P ? 

Les Journées d’Étude Participative sont l’occasion d’une rencontre en présentiel entre les collaborateurs/trices de Domuni et les étudiant-e-s.

Les Journées d’Étude sont également l’occasion pour chacun et chacune de mettre en pratique les outils académiques et les connaissances acquises tout à long de votre cursus.

Et si nous avons nommé ces rencontres Journées d’Étude Participatives, c’est parce que nous souhaitons sortir des schémas, peut-être dits «traditionnels», de la Journée d’Étude où bien souvent les enseignant-e-s parlent et les étudiants-e- s taisent et écoutent.

Les Journées d’Étude Participatives sont donc le lieu d’une émergence de l’Intelligence collective, où chacun et chacune pourra expérimenter la pratique du collectif, la prise de parole ainsi que l’écoute de l’autre. L’objectif de ces rencontres, c’est la convergence des savoirs. Faire converger différents savoirs : savoir académique et savoir pratique.

Le savoir académique est théorique, ce sont les connaissances universitaires et personnelles et le savoir pratique qui n’est pas à négliger, c’est le savoir qu’un individu tire de ses expériences personnelles et professionnelles. Donc tous et toutes, quel que soit notre niveau d’étude, nous avons un savoir de vie précieux. Et c’est notamment ce savoir que nous aimons mettre à l’honneur lors de des J.E.P.

C’est pourquoi Domuni-Universitas propose une journée à deux temps, d’abord le matin des ateliers participatifs en petits groupes durant lesquels vous apprendrez à vous connaître mais surtout vous entamerez une première réflexion sur le thème choisi pour la journée. Puis l'après-midi, une série d’interventions d’étudiant-e-s et d’enseignant-e-s de Domuni. Là encore vous êtes encouragés à participer activement.

 Quelques thèmes ...

 

Récit(s) et Identité(s)

Ce thème, proposé par l'un de nos étudiants lors d'une dernière Journée d'Étude Participative, est abordé à travers cette pensée du philosophe Paul Ricoeur : "le récit est ce qui donne un sens à notre existence parce que toute identité est une identité narrative" (Extrait de Temps et Récit)

Qu'est- ce qu'une identité narrative ? Comment un individu, une communauté, ou encore un collectif est- il amené à construire son identité ? Quelle est la place du récit dans cette construction ? Quels enjeux pose la rencontre de différents récits, provenant de divers horizons et de diverses cultures ? Nous serons amenés à réfléchir ensemble à l'effet du récit sur notre vie quotidienne et plus globalementsur notre Histoire. Ce thème recouvre un large éventail d'applications concrètes aussi bien à propos des textes fondateurs (tels que les récits bibliques) que des récits de vie personnels : mythes, contes, anecdotes, manières de raconter le monde et de se raconter soi-même. Il nous faudra alors explorer le lien profond (et souvent caché) entre la liberté de se raconter, de raconter son histoire et la possibilité de se donner une identité.

Tradition(s)

«Tradition(s) », le sujet est drôlement posé, il y a d’abord ce grand T, cette majuscule qui laisse entendre que la tradition est une valeur forte, aux côtés de la Liberté, de l’Egalité. Mais il y a également ce petit «s» qui nous dit qu’il n’y a pas qu’une tradition mais une multitude, qu’elles évoluent, disparaissent, apparaissent... Posé comme cela, devant nous, ce sujet pose déjà le problème de la permanence et de l’instabilité d’une tradition. La tradition est-elle un poids, est-elle le leg d’un passé mort, immuable, lourd et contraignant ?

Il est intéressant de garder ce mot d’identité en mémoire, la tradition est-elle ce sur quoi on fonde notre identité individuelle et collective ?

D’où cette troisième problématique : la tradition est-elle la condition de la sociabilité, pour appartenir à groupe dois-je avoir une tradition en commun?Voilà encore une fois la tradition est-elle un poids ou bien un tremplin vers un meilleur? Ce qui vient en écho de tradition antonyme modernité.

Tradition et modernité, souvent mis en porte-à-faux. La tradition fait-elle autorité : les détenteurs de la tradition sont-ils en position de pouvoirsur d’autres? La question de l’interprétation du passé, comment recevons nous ce qui nous est transmis et à partir de quoi l’interprétons-nous? Quelle grille de lecture adopter sur la tradition ?

Dans un espace mondialisé, où toute culture se rencontre aisément, quand parlons-nous de tradition ? Comment comprendre la pluralité des traditions ? Le besoin de tradition vient-il d’une certaine nostalgie ? Constat de retour et de réinterprétation d’anciennes traditions...

Les échos des participant-e-s

L'animateur de la J.E.P demande aux participant-e-s de conclure la journée sur Tradition-s : "Alors, des racines ou des ailes?" 

  • "Je suis très heureux : des ailes définitivement ! Je suis très content car vous avez des références qui ne sont pas du tout les miennes. Et c’est tant mieux !"

  • "Je choisis les ailes, résolument. Je suis un jeune 'domunien' mais je suis très impressionné par la qualité intellectuelle à Domuni. Je suis extrêmement content de voir que les dominicains sont des innovateurs de rupture".

  • "Pour moi, c’est très fructifiant de voir que nous venons de plusieurs cursus. Sur un même thème, c’est très intéressant de voir les apports différents".

  • "Il s’agit de voler et de voler loin. Icare n’est pas allé très loin. En littérature, on utilise les mêmes mots mais pour des formulations nouvelles. Socle, fondement : la tradition est d’avoir le sens de l’héritage, la capacité d’utiliser des vieux mots pour dire des choses nouvelles. Quand j’ai reçu la présentation de François, je me suis dit qu’il y avait énormément de questions. Le mot ‘tradition’, on repart presque avec plus de questions. C’est tout l’intérêt de ce partage ensemble. Au retour, je vais réfléchir à tout cela. Merci !"

  • "J’ai cherché à voler de mes propres ailes, je suis tombée. Quand j’ai reçu des racines, j’ai découvert mes ailes ! Je repars avec un milliard de questions et tant mieux. Merci pour cette journée".

  • "Avoir des racines et des ailes. Je remercie pour cette belle journée. C’est merveilleux de vous retrouver !"

  • "Clairement, j’ai besoin de mes racines pour voler. Ce qui était formateur pour moi, c’est quand je suis venu en occident c’est de voir l’importance d’avoir des racines. On doit voler, on doit évoluer. Ne jamais oublier qu’on fait partie d’une histoire. Merci à Domuni pour l’apport théologique".

  • "Je remercie beaucoup pour la journée, pour les intervenants. En tant que nouvelle étudiante, j’aurais peut-être eu besoin de plus d’apports car j’ai peu de bagages".

  • "Très riche : le pluridisciplinaire. Je suis toujours pour aller vers le profane. La présentation de Bernard : casser les murs ; cela m’encourage à casser des murs. Thématique hyper importante et actuelle !"

  • "Je n’ai peut-être pas besoin de voler mais j’ai besoin de grandir. L’image qui me va très bien : celle de l’arbre ! Je perçois que Domuni est une terre vivante. Questionnements permanent. Tous ces millénaires de réflexion. Je le ressens depuis que je suis inscrit. C’est une joie de me sentir relié à cette tradition vivante, par cette formation, avec la souplesse que vous avez donnée".

  • "Ce qui me fascine, c’est d’avoir des gens qui apportent. Même le séminaire spécifique, sur un sujet très précis, la théologie trinitaire chez Thomas d’Aquin, même les autres étudiants : les contributions des autres étudiants sont très intéressantes ; je n’aurais jamais eu ces idées-là, chacun a son apport particulier. Les séminaires sont vraiment tops !"

Pour participer 

  • Paris, 17 octobre 2018

  • Lausanne, 3 novembre 2018

  • Bruxelles, 8 décembre 2018

  • Paris, 26 janvier 2019

  • Genève, 2 février 2019

  • Bruxelles, 23 mars 2019 

  • Paris, 27 avril 2019

  • Lausanne, 11 mai 2019

S'inscrire à events@domuni.eu (sur inscription uniquement - les informations seront données après validation de l'inscription)

Les J.E.P sont réservé-e-s aux étudiant-e-s réguliers de Domuni-Universitas.