DOMUNI UNIVERSITAS

Unité 8200

22 novembre 2019 | resena
Unité 8200

Recherche: Dov ALFON

Aller au livre

Israël fait souvent la une des manchettes des journaux et des supports de communication. Les Editions Liana LEVI nous proposent une autre façon d’aborder ce pays jeune et dynamique qui est au cœur de l’actualité. Le roman de Dov Alfon, Unité 8200 (לילה ארוך בפריז, une longue nuit à Paris en hébreu) se situe entre le polar façon thriller israélien et le roman d’espionnage. Il connaît bien son sujet puisque, pendant quelques années, il a été Officier des Services de renseignement israéliens, avant d’être grand-reporter et Rédacteur en chef d’Haaretz. Il est né en Tunisie en 1961. Aujourd’hui, il vit à Paris où il a grandi en partie et y est toujours correspondant pour le Quotidien israélien Haaretz.  En 2016 et 2017, Unité 8200 est resté en tête du box-office des ventes en Israël.

Les personnages sont-ils réels ou inventés ? Le ministre français de l’Intérieur et le Premier ministre israélien, dévorés par l’ambition et prêts à toutes les avanies sont prêts à tout pourvu que leur avenir soit préservé. Nous sommes plongés dans le monde de la politique, de l’espionnage et de la « chose militaire » sur un rythme effréné. Tout va vite.

Unité 8200 est le nom de l'Unité d’un des Services secrets de l’armée israélienne – Tsahal qui gère le renseignement d'origine électromagnétique et le décryptage de codes. Les deux personnages principaux vont nous faire vivre vingt-huit heures haletantes en passant de Paris à Tel-Aviv, avec des escales à Berlin, Macao, Pékin ou Washington. Personne ne sait où il met les pieds et chaque service secret est en alerte… Le temps est compté et rien ne peut arrêter le mouvement. Il faut résoudre cette enquête le plus vite possible. Tout est mis en œuvre… ; et cela tient le lecteur en haleine de la première page à la dernière.

L’action débute à l'aéroport Charles de Gaulle, à Paris où un jeune Israélien d’une vingtaine d’années est assassiné. Là sans doute au mauvais, Yaniv Meidan, est assassiné par erreur. Comment cela arrive-t-il ? Pourquoi ce passager du vol 319 d'El Al est assassiné ? Y-aurait-il eu erreur sur la personne ? Ce n’est pas Vladislav Yerminski, jeune et brillant informaticien ! Dans un univers où l’image rend les événements proches de tous dans une communication très rapide, le meurtre du matin est mis en ligne. Il faut aller vite. La Police judiciaire française dépêche sur les lieux le commissaire Jules Léger, officier judiciaire en fin de carrière. De son côté, les autorités israéliennes demandent au colonel Zeev Abadi, nouveau chef de l’Unité 8200 (Services de renseignement de Tsahal) qui serait à Paris par hasard et au lieutenant Oriana Talmor de l’Unité 8200 pour le seconder. Oriana est jeune, très intelligente, très compétente et efficace. Elle vit ordinairement à Tel Aviv. Il faut régler cette histoire sans perdre une minute, et le lecteur ne sera pas déçu puisque le livre va très vite. On a l’impression de faire partie de cette enquête, qui se tourne rapidement vers les Services chinois de sécurité ? Ou est-ce un commando inconnu ? Une douzaine d’heures plus tard, à Paris et en proche banlieue, les assassinats se poursuivent et les cadavres s’accumulent (Israéliens, Français, Chinois, un Afghan…).

L'enquête mettra-t-elle à jour des dysfonctionnements au cœur du système des Services de renseignement israéliens ? Au milieu des crabes et des serpents que découvriront-ils ? Quelle affaire pour le commissaire Jules Léger qui espérait terminer  sa carrière doucement et sans pression !

L’auteur nous place aussi au cœur de la vie politique israélienne actuelle et des mœurs politiques de l'État hébreu mis sous les feux de l’actualité ; et principalement au gré des affaires et de la politique de colonisation du Premier ministre Benjamin Netanyahu. Les stéréotypes sur les élus et hauts fonctionnaires français ne sont pas absents non plus. Dov ALFON décrit bien ces milieux.

Le lecteur devra s’accrocher pour suivre les personnages principaux et les nombreux personnages de ce roman d’espionnage/thriller. Les nombreuses histoires parallèles pourront peut-être nous égarer. Le tout est bien réussi. Vous lirez peut-être aussi ce livre au rythme de l’enquête menée sur un rythme soutenu. Comme un des personnages de ce livre (n’oublions pas que l’auteur est un juif tunisien !), vous mangerez peut-être avec frénésie quelques makrouds et vous aurez fait un bond dans le temps et une incursion dans un des lieux les plus secrets de la planète. Vous êtes prêts ; alors feu partez… l’enquête commence !

 

Patrice SABATER,

Septembre 2019

Aller au lien