DOMUNI UNIVERSITAS

Cours de Métaphysique 3ième partie

Cours de Métaphysique 3ième partie

« Destructions et reconstructions de la métaphysique »

Ce troisième cours de métaphysique s’intéresse à l’ontologie kantienne et post-kantienne. Il dévoile en quoi le criticisme restreint l’ambition métaphysique mais sans l’abandonner. On comprend alors pourquoi Hegel en profite pour la renforcer en la présentant originalement comme Science de la logique.

Crédits ECTS: None
Professeur : Matthieu Dubost

Présentation du cours de Métaphysique

Ce cours constitue une introduction au questionnement métaphysique. Nous avons choisi d’interroger autant la discipline elle-même que certains de ses contenus. Ainsi, en suivant la question de l’existence et de la nature de la substance, et ce faisant de la Substance divine, nous avons voulu déployer le sens même d’une question qui va de Parménide à Carnap. On se demandera principalement si la métaphysique constitue véritablement une discipline, tant son objet est complexe, au point que certains estiment qu’il faut s’en passer. Nous inscrirons ces deux tensions dans une dynamique historique qui constituera alors le lieu d’une question supplémentaire.
Nous aborderons pour cela trois moments principaux de l’histoire de la métaphysique : la naissance de l’ontothéologie durant l’Antiquité, le moment médiéval et enfin le « champ de bataille » qui va de Kant à Carnap. Nous pourrons ainsi suivre la persistance d’interrogations et l’enrichissement progressif de celles-ci.

Plan du 3ème cours de Métaphysique : Destructions et reconstructions de la métaphysique

Introduction

1. La critique kantienne du projet métaphysique (ou l’être défini comme noumène inaccessible à l’esprit humain)

1.1. La critique logico-historique
1.1.2. La constitution du criticisme

2. Le « dépassement de la métaphysique » ? (ou l’être comme abstraction pure)

2.1. Le Cercle de Vienne et la critique de la science
2. 2. Il faut analyser le discours jusqu’à le réduire aux faits bruts afin de parvenir à des certitudes (Carnap)
2.3. Le programme de destruction de la métaphysique
2.4. Limites du réductionnisme logique

3. La réaffirmation hegelienne du projet grec de métaphysique par le « dépassement » de l’entendement (ou l’être défini dialectiquement)

3.1. « Le phénomène, c’est le noumène »
3.2. La logique, science du concret, ou système véritable de l’auto-mouvement du Concept.

4.4. Passage de l’Idée à la matière

Bilan du cours 3