DOMUNI UNIVERSITAS

Paroles vives

Dieu vient migrer chez nous

Dieu vient migrer chez nous 24 décembre 2015

Voyage à Bethléem, réfugiés, exilés, fuite en Egypte

Nous sommes dans la joie, des cadeaux et des chants et en même temps nous vivons Noël cette année sous le thème du voyage. Plus d’un million de réfugiés ont rejoint l’Europe cette année, plus de 3500 ont perdu la vie à traverser la méditerranée. Ils sont encore des milliers sur les routes, dans le froid et l’inconfort, face au refus de les accueillir. Et c’est parmi des gens comme eux, que nous le voulions ou non, que nous le comprenions ou non, qu’a choisi de naître le Seigneur.
Noël s’est déroulé au cours d’un voyage. Un voyage exigé par l’occupant romain, pour la recension de sa population. Et Noël a été suivi par un autre voyage, plus long, plus pénible, celui de la fuite en Egypte, pour fuir la persécution déclenchée par Hérode et le massacre des innocents. Pourquoi tous ces déplacements, pourquoi tous ces voyages ?

La venue au monde, de Dieu

Noël, c’est un voyage. Un grand voyage ! Le tout premier voyage, celui de la venue au monde et le voyage le plus mystérieux qui soit : la venue au monde de Celui qui n’est pas du monde, la venue au monde de celui qui a créé le monde. Cette nuit, il s’agit de la venue au monde de Dieu ! Car ce bébé, entouré par de pauvres bergers, est un bébé tout à fait normal, mais nous l’adorons comme le Fils de Dieu, la Parole de Dieu faite chair, le Verbe créateur qui prend corps dans notre histoire. Et alors tous les détails ont un sens, tous les détails sont révélateurs car ce bébé là, qui grandira comme le Messie, dans tout ce qu’il fait, dans tout ce qu’il dit, dans tout ce qu’il touche, dans tout ce qu’il veut, dans tout ce qu’il désire… il exprime, il révèle, il manifeste la volonté de Dieu, la Parole de Dieu, l’être-même de Dieu, le secret de Dieu. Tout en lui est Révélation.

Détails et révélation

Et alors tous les détails sont importants, et ils sont renversants !
Tout d’abord ce voyage. J’ai parlé de la venue au monde, mais il faut voir comment, dans quelles conditions. C’est une naissance au cours d’un voyage, d’un voyage improvisé, 150 km quand même ! de Nazareth à Bethléem, où finalement personne ne veut les recevoir. Un détail ennuyeux ! Mettez vous à la place des parents, à la place de Marie qui donne vie dans une bergerie, entre un âne et un bœuf, au plus froid de l’hiver ! Mettez vous à la place du bébé qui n’a pas d’eau chaude pour être lavé, que l’on va coucher dans la mangeoire des animaux, sur la paille. Un détail encore ? Un de ces détails qui en disent long, qui sont sont très éloquents, qui sont révélation. Ce bébé là exprime la condition de Dieu dans notre monde. Et il n’y a pas de place pour le vrai Dieu dans notre monde. C’est écrit : « Il n’y a pas de place pour lui dans la salle commune ». Il doit aller chez les animaux. Et là, être couché dans leur mangeoire car, au cœur de la création, il est nourriture, source de force et de vie.

Réveillons-nous

Il naît dans la nuit, à minuit nous dit la tradition. Croyez vous que ce soit un détail encore ? Il est la Lumière véritable, celui qui éclaire tout homme qui vient en ce monde Et il s’agit de réveiller tous ceux qui dorment ? Il faut réveiller l’humanité ! D’ailleurs toute une chorale d’anges merveilleux s’en donnent à pleine joie dans la campagne, pour chanter la fête, pour communiquer la joie. La terre et le ciel sont là. Les anges montent et descendent. Ils font le lien : Hosannah au plus haut des cieux !
Jésus naît dans un voyage, chez lui tout est mouvement : naissance, voyage, incarnation. Dieu vient loger chez nous, Emmanuel, Dieu avec nous. Notre Dieu vient migrer chez nous. Notre Dieu est un migrant !

Le cadeau à l'étranger

Cela veut dire qu’à notre tour, nous devons savoir voyager, nous déplacer, pour venir l’adorer, pour venir le reconnaître et le saluer. Mais le plus grand mouvement n’est pas de se déplacer physiquement mais de se déplacer mentalement, dans son esprit et dans son cœur. Il s’agit d’une conversion. Nous devons savoir accueillir celui qui vient chez nous, celui qui a besoin de nous.
Faisons des cadeaux aux enfants et, surprenons-nous, faisons un cadeau à quelques étrangers.
 



« Le plus récent Le plus ancien »