DOMUNI UNIVERSITAS

Paroles vives

Ce que Dieu a uni

Ce que Dieu a uni 5 octobre 2015

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »

Pour écouter la diffusion à la radio

Polémique au synode sur la famille

Du fait du synode sur la famille, cette phrase se trouve au centre de bien des polémiques. Je voudrais donc élargir le débat car il y a beaucoup de choses dont le divorce nous scandalise, nous fait du mal et nous détruit. Faisons la liste de ce qu’il ne faut pas séparer.

Ne pas séparer l'homme de la femme, pour accueillir la vie

L’homme et la femme, d’abord, c’est tout simple semble-t-il, mais où ? Dans le couple bien sûr, mais pas seulement dans le couple, il y a beaucoup d’autres lieux où il ne faut pas séparer l’homme de la femme sous peine d’empêcher la transmission de la vie, dans l’Eglise, par exemple, dans les paroles officielles, dans les postes de direction. Il ne faut pas séparer l’homme et la femme en général, dans les conseils d’administration, dans les instances économiques, académiques, politiques.

Ne pas séparer l'âme du corps, pour vivre ressuscités

Quand on parle de la femme, d’une certaine façon on parle du corps, du corps de l’homme et du corps de la femme, du corps humain. Et il ne faut pas séparer l’âme du corps. Si tu veux soigner ton âme, soigne ton corps. Adopte une bonne hygiène de vie. Tu ne peux pas prier si tu as mangé n’importe quoi, si tu n’as pas dormi correctement, ou même tout simplement si tu es mal assis. Tu ne peux pas être attentif à ton entourage si tu maltraites ton propre corps, si tu ne commences pas par le respecter. Le corps, c’est un organisme vivant, il a une âme, il est animé. Ce n’est pas une machine dont on peut changer les pièces, ou que l’on peut laisser de côté. Je suis mon corps. Il ne faut pas séparer l’âme du corps. Séparer l’âme du corps, c’est tellement grave que c’est la mort. Nous voulons vivre ressuscités !

La manière et le contenu, c'est tout un

Il ne faut pas non plus séparer la forme et le contenu, la manière de transmettre et ce que l’on veut communiquer. D’où vient la popularité du pape François ? Il dit la même chose que ses prédécesseurs, mais sa manière de le dire fait comprendre ce qu’il dit. Pour annoncer l’Evangile, il faut vivre l’Evangile. Impossible d’annoncer l’Evangile sans être pauvre, sans être proche de ceux qui souffrent, proche des exclus. Impossible d’annoncer l’Evangile sans rompre avec certaines habitudes, sans déplaire aux bien pensants. La forme, la manière est importante, autant que le contenu.

Pour une intelligence cordiale

Il ne faut pas non plus séparer l’intelligence et le cœur.
Pour être généreux, il n’est pas interdit d’être intelligent.
Comme pour être croyant, il n’est pas nécessaire d’être stupide.
Pour être chrétien, il faut du cœur, il faut aussi entraîner son esprit, se former, réfléchir, avoir une stratégie. Il ne faut pas séparer l’intelligence et le cœur et il faut savoir s’organiser.

Liberté individuelle et institutions

Car il ne faut pas séparer l’initiative individuelle et les institutions.
Il ne faut pas séparer la personne, des autres personnes humaines. L’être humain est un être social. « Il ne peut pas vivre seul ».

Il ne faut pas non plus séparer la croissance économique et la justice.
L’économie, c’est l’activité humaine. L’argent, c’est surtout du travail humain.
Et il ne faut pas séparer les faibles et les forts dans la répartition des richesses.
Dans une société humaine, il faut lutter contre les exclusions,
ne pas séparer ce que Dieu a uni.

Dieu et les enfants

Il ne faut pas séparer Dieu et les enfants.
« Ne les empêchez pas de venir à moi ! » car Dieu est un grand enfant. Il faut beaucoup de temps pour devenir enfant.
Ce qui doit être central dans nos sociétés, c’est l’avenir, c’est donc le plus faible, celui qui ne parle pas, celui que l’on n’écoute pas, l’enfant ou l’étranger, le malade, l’handicapé, le vieillard, l’oublié.
Il ne faut pas séparer ce que Dieu a uni.

Dieu et l'humanité

Il ne faut pas séparer Dieu et l’humanité, en Jésus-Christ, ils ne font qu’un et c’est dans le plus humain que se révèle le divin.
Ne pas séparer l’utile et le beau, la vérité et la bonté, l’action et la contemplation.
Ne pas séparer le spirituel et le matériel car, comme disait Charles Péguy, « le spirituel couche dans le lit du temporel », c’est dans la manière de gérer les choses les plus concrètes que se vérifie notre spiritualité.
Il ne faut pas séparer le travail et la fête, l’utile et l’agréable, la gratuité et l’efficacité.

Tradition et modernité

Il ne faut pas séparer l’Ancien et le Nouveau Testament, la Tradition et la créativité, l’avenir et le passé.
Il ne faut pas séparer la culture et la nature, la ville et la campagne, la capitale et les régions, il ne faut pas séparer l’est et l’ouest du pays. Il ne faut pas séparer le sud et le nord, non plus…
 



« Le plus récent Le plus ancien »