DOMUNI UNIVERSITAS

Main basse sur Israël - Netanyahou et la fin du rêve sioniste

30 avril 2019 | resena
Main basse sur Israël - Netanyahou et la fin du rêve sioniste

Recherche: Jean-Pierre Filiu

Jean-Pierre Filiu

Aller au livre

En avril prochain, des élections anticipées par Benjamin Netanyahu, donneront à Israël un nouveau Parlement. Bien avisé serait celui qui pourrait dire aujourd’hui quelle sera la configuration de la nouvelle Knesset ! Le Premier Ministre bat d’ores et déjà tous les records de longévité « détenu jusqu'à présent par David Ben Gourion » à la tête d’Israël, et fait ainsi de lui une personnalité incontournable ; lequel est empêtré dans de nombreuses affaires judiciaires.

Le Premier ministre israélien connaît bien les Etats-Unis d’Amérique puisqu’il y a vécu et travaillé durant de nombreuses années. Il connaît bien les mécanismes politiques internes à la politique américaine ainsi que la puissante et influente Communauté juive. Il connaît aussi parfaitement les positions pro-sionistes des Evangéliques américains et autres messianiques de tous genres. En Donald Trump, il trouve soutient et convergence politique. Il réussit là où d’autres ont échoué en alignant Washington sur ses positions ; et non pas l’inverse ! C’est un tour de force, une manœuvre politique intelligente ; mais somme toute assez dangereuse pour la résolution du conflit israélo-palestinien. Avec l’appui de l’Administration américaine, il redessine les contours de la géopolitique au Proche et Moyen-Orient (relations avec l’Arabie saoudite, l’Egypte…, et étant le pourfendeur de l’Iran).

Jean-Pierre FILIU détaille la campagne tout azimut que Benjamin Netanyahou a mené contre Obama. Cette campagne s’est durcie nettement durant le second mandat d’Obama. La Communauté juive affectée par des divisions internes s’est déchirée au profit de la droite évangélique et des sionistes chrétiens. Netanyahou a soutenu inconditionnellement le candidat Trump, qui élu à la Maison-Blanche en janvier 2017 le lui a bien rendu. C’en est suivi un alignement étasunien  sur Israël. La marque sensible et marquante en est le transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem reconnaissant de facto la Vieille Ville comme la Capitale indivisible de l’Etat hébreu. La reconnaissance du Golan en mars 2019 en est une deuxième pièce sensible dans cet alignement sans aucun pareil… Et c’est justement là que se situe l’auteur en examinant en quoi cet enthousiasme politique autour de Netanyahou peut-être toxique (voire dangereux) dans la mise en œuvre du politique sioniste, expansionniste et « colonialiste » en mettant la « main basse » sur Israël. Pour une bonne partie de l’opinion israélienne il est le protecteur d’Eretz Israël et celui qui permet aux Juifs israéliens de pouvoir accomplir leurs rêves et leurs espoirs. 

Le 20 octobre 2015 le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou dégage le Chancelier Hitler de toute responsabilité de la Shoah. En revanche, il charge le Grand Mufti de Jérusalem Amine Husseini. Ce n’est pas la première fois que le Mufti est mis en avant pour minorer l’intention nazie, et qu’il est présenté comme l’instigateur qui souffle cette macabre et redoutable idée au Fürher. La Déclaration aurait pu passer inaperçue si elle n’avait été prononcée devant le Congrès sioniste mondial la veille d’un déplacement du leader du Likoud en Allemagne. L’intention n’est donc malheureusement pas nouvelle et le propos non plus. Cette ré-écriture de l’Histoire du vingtième siècle provoque un scandale et plonge la classe politique dans une ire marquée. Le Président israélien Ytzhak Herzog demande que les propos soient corrigés sans tarder. Cela paraît incroyable dans la bouche même du Premier Ministre israélien, mais la visée est politique et dangereuse.

Quelle est-elle ? Discréditer l’Autorité Palestinienne, faire des Palestiniens les « propres » bourreaux et instigateurs des crimes nazis en montrant du doigt leur chef de file. De cette façon, l’opinion internationale conviendra que les Palestiniens n’ont aucune légitimité sur Jérusalem ni sur ce qu’ils prétendent être « la Palestine ». La réalité est pourtant autre… Avant même l’arrivée du Grand Mufti en Allemagne la machine infernale nationale-socialiste avait commencé son triste labeur. L’exil d’Amine Husseini n’intervient qu’en 1937 bien après que soit décidé et planifier l’annihilation progressive et systématique des Juifs (ouverture du Camp d’Orianenburg-Sachsenhausen en février 1933, ouverture du Camp de Dachau en mars 1933, Lois du 7 avril 1933, Lois de Nuremberg en 1935, Lois sur l’aryanisation en 1938, Nuit de Cristal en novembre 1938, septembre-octobre 1939 premiers gazages…), et d’autres catégories de personnes au sein du IIIème Reich. La « solution finale » (Endlösung) est en marche. La réalité historique, quant à elle est têtue, et les seuls faits démontrent qu’Amine Husseini s’est inscrit dans cette œuvre de mort qu’à la marge, et non pas comme le prétend Benjamin Netanyahou comme l’instigateur et penseur de la Shoah. Les nationaux-socialistes ne l’avaient certainement pas attendu pour écrire leur feuille de route systématique et cruelle !

La visée est donc éhontée, grossière et néanmoins baroque…, mais ça fonctionne !!! D’ailleurs, l’actualité récente ne met-elle pas en évidence les tentatives gouvernementales israéliennes de se rapprocher des partis politiques identitaires et populistes ; tels les gouvernements de Pologne, d’Hongrie et d’Autriche pour les dédouaner de toute participation effective et de masse dans l’Holocauste ? Telle fut l’intention de Jean-Pierre FILIU lorsqu’il décide d’écrire les premières lignes de son ouvrage « Main basse sur Israël - Netanyahou et la fin du rêve sioniste » : resituer dans l’Histoire une vérité sans fards en reprenant des contenus historiques, et mettre sous les projecteurs la dynamique politique et idéologique du leader du Likoud actuel.

Selon l’auteur, Netanyahou réécrit l’Histoire d’Israël en substituant le récit des Pères fondateurs, pour la plupart « Travaillistes », de l’Etat fondé en 1948, en un récit servant les thèses sionistes révisionnistes, droitières et expansionnistes. La durée dans la fonction de dirigeant politique lui a donné le temps pour asseoir et parfaire l’idéologie qu’il met en œuvre en tournant le dos pour une grande partie au Père de la nation : Ben Gourion. Les récentes dispositions légales et réglementaires en sont l’exemple même : Loi fondamentale de l’Etat hébreu réservant au seul Peuple juif le droit à l’autodétermination sur la Terre d’Israël, suppression de la langue arabe comme deuxième langue officielle du pays au seul profit de l’Hébreu. En cela, il rappelle que ce pays est une terre juive pour les Juifs.

Réécrivant l’Histoire il s’inscrit dans une longue histoire personnelle écrite au cœur de Varsovie où son père Bension est né en 1910, lequel est le Secrétaire particulier de Zeev Jabotinsky, penseur et père du « sionisme révisionniste ». Ce dernier intuitif et perspicace, admettait déjà qu’il ne serait pas aisé de pouvoir affirmer une quelconque autorité et édifier un Etat dans la « Palestine britannique ». Dans un article intitulé  "La muraille de fer", Zeev Jabotinsky affirme: "Un accord entre nous et les Arabes d'Eretz Israël n'est pas pensable, ni aujourd'hui ni dans un avenir proche". Et d'ajouter ce credo d'un intraitable pessimisme : "Penser que les Arabes consentiront volontairement à la réalisation du sionisme en échange des bénéfices culturels ou économiques que nous pouvons leur accorder est infantile." L’idéologie prend le pas sur toute autre considération et sur les projets menés par ses prédécesseurs ; Ben Gourion et Yitzak Rabin compris. Jusqu’à la fin de sa vie Bension Netanyahou a été un ennemi juré des Arabes préférant la force à la négociation et l’opprobre à la paix. Pour terminer la description de ce tableau biographique présenté par Jean-Pierre FILIU, il conviendrait d’ajouter un ultime élément de compréhension : la mort de son frère Jonathan.

Ce dernier, Chef d’une unité d’élite de Tsahal, est tué lors d’une intervention militaire (1976) qui avait pour but de libérer des otages retenus par le Front populaire de libération de la Palestine, à Entebbé (Ouganda). La mort de son frère obsède « Bibi ». Le jeune Benjamin grandira dans ce souvenir. La mémoire d’un père intransigeant, celle d’un fondateur révisionniste aux idées extrémistes et la mort d’un frère tombé sous les balles des Palestiniens forgeront une idéologie politique qui ne peut accepter le Palestinien et ses aspirations politiques, l’Arabe et la revendication de la terre qu’il demande… Comment dans ces conditions serait-il encore concevable de penser que ce leader soit digne de confiance et qu’il veut la paix ? Dans la mesure où il voit l’Autre comme un ennemi, comment pourrait-on penser qu’il puisse lui accorder la moindre once de terre et une réponse satisfaisante à des revendications fondées sur le Droit international ? Sert-il vraiment son pays ou simplement une idéologie qu’il a intégrée comme seul chemin possible pour construire le « Grand Israël » en ayant pour amis l’Administration Trump et les « chrétiens sionistes » américains ? En Donald Trump « Bibi » a trouvé son alter ego qui paraît lui ressembler en bon nombre de points ; des personnalités fortes bien souvent imprévisibles et féroces dans la manière de penser le pouvoir et le rapport aux autres.

L’auteur signe ici une bibliographie nécessaire, troublante, expliquant dans les détails l’obsession politique d’un homme, d’une famille, d’un clan. Il en expose les ressorts et les politiques mises en œuvre. Les prochaines élections israéliennes, la conclusion des nombreuses affaires le touchant donneront sans doute une réponse aux questions qui se posent pour l’avenir d’Israël et de la volonté de revenir à la table des négociations avec les Palestiniens. Il reste néanmoins une personnalité incontournable de la politique de l’Etat hébreu, et le fait d’avoir passé le rouleau compresseur et d’avoir mis « la main basse sur Israël » ne confère que peu d’espoir dans une résolution apaisée de ce conflit qui dure déjà depuis plus de 70 ans… Un livre qui intéressera tous ceux qui veulent comprendre la politique actuel de Benjamin Netanyahou et de ses supporters.

Patrice SABATER, cm

Barcelone, mars 2019

Aller au lien