DOMUNI UNIVERSITAS

A l’heure d’Israël

10 janvier 2020 | resena
A l’heure d’Israël

Recherche: Léon ASKENAZI et André CHOURAQUI

Aller au livre

Denis CHARBIT présente, aux Editions Albin MICHEL, deux grandes figures intellectuelles du judaïsme contemporain. Le livre « A l’heure d’Israël » nous introduit à la pensée de ces deux grands hommes : André CHOURAQUI (1917-2007) et Léon ASKENAZI – surnommé « Manitou » (1922-1996). Ce livre est le fruit d’entretiens réalisés en juillet et août 1987 dans la maison des CHOURAQUI, à Jérusalem. C’est le plus âgé des deux qui en est à l’origine. Ce ne sont pas seulement des entretiens qui se succèdent vers une convergence de vues, des regards croisés sur le monde, sur le judaïsme, sur la Shoah, sur les dialogues judéo-chrétien et judéo-islamique (suite à la création de l’Etat d’Israël), et sur Israël. Bien sûr, on notera des nuances et des infléchissements, des distances et de grandes proximités au sujet de nombreux thèmes ici abordés. Serait-ce un livre-testament ? Serait-ce encore un livre-témoignage dans lequel « leur dialogue (n’aurait) été pour l’un et pour l’autre ni leur dernier mot ni leur ultime parole, (constituant) un témoignage unique ». (page 8) Les deux s’établiront à Jérusalem.

Des deux hommes, c’est sans doute André CHOURAQUI que nous connaissons le mieux en raison de la publication de nombreux livres, de nombreux entretiens télévisés et radiophoniques. Il nous est apparu comme l’homme du dialogue et de la convergence. Il est aussi plus spirituel que religieux. Il a proposé une traduction complète de la Bible – y compris la partie chrétienne. Ce fut un travail colossal ![1] Personnalité incontournable de l’Alliance israélite universelle René CASSIN. Il fut aussi, le bras droit de Teddy KOLLEK, maire de Jérusalem entre 1965 à 1993.

Léon ASKENAZI est disciple du Rav Tzvi Yehouda KOOK (1891-1982) - fils du Rav Abraham Yitzhak KOOK. Il développe un judaïsme qu’il nomme d’ « assertif » ; c’est-à-dire qui se pense pour lui-même. Sans doute « Manitou » est-il beaucoup plus à l’aise en ce domaine ; encore que… Sur les questions ayant trait au judaïsme les deux hommes divergent dans leur manière d’appréhender la foi, le rapport à Israël et au monde. Deux visions du Messianisme et du Sionisme se confrontent et s’affrontent également: celle d’André CHOURAQUI, spirituelle et universaliste, et celle de Léon ASKENAZI, orthodoxe et nationaliste. Si le premier était un maître de l’écrit, le second était un maître de la parole. Les gens se pressaient pour écouter « Manitou », et l’évocation de son nom comble encore aujourd’hui ceux qui ont eu la chance de pouvoir entendre ce penseur hors norme. Il fut un « guide spirituel » pour toute une génération et une élite juive ; par exemple à l’École Gilbert-Bloch (Paris), puis à la Yéchiva sépharade Metitva  de Jérusalem, et enfin à l’Institut Mayanot ainsi qu’au Centre Yaïr.

Ce document inédit constitue un témoignage précieux sur la mutation religieuse de la judaïcité française depuis la guerre des Six-Jours de 1967, précise Denis Charbit. Elle rend palpable ce qui a fait l’autorité et la notoriété de Léon Askénazi et d’André Chouraqui: l’expression d’un judaïsme assertif; un judaïsme qui a rompu avec la tâche de prouver sa conformité aux sagesses du monde. Le défi qu’ont relevé Askénazi et Chouraqui, chacun dans leurs sphère et audience, a été de restaurer l’estime de soi d’une génération secouée par l’Histoire, par la Shoah d’abord, puis la décolonisation, et qui trouva ensuite dans les victoires d’Israël de quoi panser ses plaies et redresser son dos voûté.”

Le livre date un peu car l’actualité que les auteurs  abordent n’est plus tout à fait celle que nous connaissons aujourd’hui ; mais peu importe ! Ce qui nous intéresse dans cet ouvrage, c’est ni plus ni moins que la manière avec laquelle ils abordent ces sujets, la façon dont ils conçoivent la pertinence et la présence du judaïsme au cœur du monde, le chemin parcouru (et ses conséquences) pour arriver un jour dans ce pays jailli des cendres qu’est Israël. Autant dire que ce dialogue est d’une grande tenue.

On appréciera la très intéressante et incontournable présentation proposée par Denis CHARBIT, ainsi que les notes qui accompagnent ce livre.

En toute chose, ces deux grands penseurs vont à l’essentiel. Ils nous permettent de demeurer sur le chemin de la réflexion, du débat, et de la synthèse à faire qui est loin d’être évidente. Ils nous permettent d’aller vers « nous-mêmes » (Lekh Lekha). N’était-ce pas là le premier mouvement intérieur d’abord, puis pour le monde qu’avait opéré Abraham ? Un livre qui trouvera certainement une bonne place dans votre bibliothèque.

Patrice SABATER,

 

Léon ASKENAZI et André CHOURAQUI. A l’heure d’Israël. Introduction et Notes de Denis CHARBIT. Ed. Albin Michel, Paris, mai 2018. 222 pages. 17,50 €

 

[1] Il traduira également le Coran.

Aller au lien