DOMUNI UNIVERSITAS

Le temps des inconciliables. Contre-prêches 2

22 novembre 2018 | resena
Le temps des inconciliables. Contre-prêches 2

Recherche: Abdelwahab MEDDEB

Abdelwahab MEDDEB

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

En 2006, Abdelwahab MEDDEB publiait un premier volume intitulé « Contre prêches ». Aujourd’hui, Amina Meddeb, Hind Meddeb et Raphaël Lauro proposent une suite aux Editions Le Seuil.

 

Abdelwahab MEDDEB est une des voix de cet « islam modéré » que d’autres aiment à nommer « islam des Lumières ». L’auteur, dans cet ouvrage, adopte un ton sans ambages ni concessions parce que la situation l’exige et, que pour se faire entendre, il faut être clair et sûr dans son propos. Cela est nettement son cas même si parfois le style reste un peu rugueux. Il interpelle « l’Occident, ses intellectuels, ses politiques, les invitant à soutenir ceux qui, partout dans l’espace islamique, luttent contre toutes les formes d’obscurantisme, pour l’instauration de la liberté et de la tolérance. » (page 12)

 

Les préfaciers exposent la méthode du penseur. « C’est à partir de cet état des choses si justement analysé qu’Abdelwahab MEDDEB va construire une méthode, donner des arguments pour dépasser l’hostilité ou le ressentiment qui envahissent et occupent notre présent ; en Orient comme en Occident, nous sommes aujourd’hui dans des sociétés profondément divisées, où les affrontements et les malentendus se succèdent, constat qu’il résume ainsi : « L’inconciliable irrévocablement divise ; et cette division se traite par la guerre, ou dans l’extrême violence de la guerre civile » (page 7) Les premières phrases de la préface qui précèdent ces propos donnent le ton.

 

L’engagement de l’auteur n’a pas évolué avec le temps, et ceux qui connaissent sa pensée ou qui ont été familiers de ses émission sur France Culture apprécieront, ici, le prolongement subtil et précis de son combat contre l’ignorance, la mystification, l’intégrisme musulman et les contresens qui lui sont souvent corrélés. Le premier chapitre de ce recueil de chroniques en rappelle un principe de fond : « L’islam n’est pas l’islamisme ». Aussi, préfère-t-il exposer au gré de ses tribunes ce qu’est réellement la culture de l’islam, la mystique qui s’est développée au fil des siècles. Il ne cesse de « transmettre les merveilles de l’islam » sans donner part à quelque chose « d’imaginaire » ou « embelli », mais « un islam désenclavé, prêt à entrer dans l’ère de la cosmopolitique, ouvert aux tenants de l’hybridation, qui sont dans la vie et dans le monde, qui transmettent la joie et l’amour ».

 

En 2014, l’auteur décède prématurément en laissant derrière lui une œuvre originale, profonde, pleine d’espoir pour l’islam et la culture islamique. Sur son lit d’hôpital, il confiait : « Les maux qui rongent le Moyen-Orient, ses villes, se monuments détruits, d’Alep à Mossoul en passant par Palmyre, me rendent malade. Je crois que le cancer qui me ronge est comparable à celui qui a plongé le Levant dans le chaos. Nous avons laissé des nihilistes idiots s’emparer du berceau de l’humanité. » (page 13)

 

Prenons de la hauteur grâce au livre de ce penseur tunisien francophone, et sachons énoncer de simples vérités quand elles nous semblent si loin de la religion que beaucoup croient connaître pour la dénigrer ou pour en dire des approximations. Cela servira sans aucun doute comme des « Contre-prêches ».

Patrice SABATER, cm

 

 

Abdelwahab MEDDEB, Le temps des inconciliables. Contre-prêches 2. Editions Le Seuil. Paris, octobre 2017. 336 pages. 24 €

Aller au lien