DOMUNI UNIVERSITAS

Jours tranquilles à Beyrouth

22 novembre 2018 | resena
Jours tranquilles à Beyrouth

Recherche: Nathalie BONTEMS et David HURY

Nathalie BONTEMS et David HURY

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

Deux journalistes, tous deux correspondants de presse pour des titres français et belge, Nathalie BONTEMS et David HURY vivent depuis plus de dix ans au Liban. Ils s’y sont rencontrés, puis par la suite mariés.

 

En juillet 2006 la guerre éclate au Liban. « L’activité de correspondant de presse a quelque chose d’étrange. Nous sommes, en quelque sorte, des travailleurs saisonniers… ». Au-delà de la simple écriture des faits dont ils sont les témoins dans ce pays qui est désormais le leur, ils souhaitent mettre un peu d’humanité dans ce qui est désarroi et désespérance. C’est alors, qu’ils décident de raconter dans un Blog cette guerre de 33 jours. Ils donnent au lecteur non seulement au gré des chroniques quotidiennes des informations chapitrées, mais aussi leur perception du Liban à partir de la vie quotidienne, des sentiments portés par les uns et les autres, des anecdotes, de tout ce qui fait le Pays des Cèdres. « Le Liban est souvent qualifié de « pays message ». Mais il s’agit surtout d’un pays en quête d’identité et de repères, partagé entre Orient et Occident, modernité et traditionalisme, guerre et paix. Cette place à part, dans le monde arabe et au-delà, le rend singulièrement attachant et c’est ce que, au fil de ces deux années de chroniques, nous avons espéré transmettre ».

 

Le récit est souvent perspicace, parfois grinçant et piquant. L’observation reste subjective mais assez bien vue au point où l’on peut sourire de tel ou tel trait que l’on reconnaît chez nos amis Libanais. C’est ce qui nous enchante très certainement chez les Libanais !!! On est souvent amusé par la manière dont les auteurs dépeignent des réalités quotidiennes, des petits travers et des postures libano-libanaises. C’est une page culturelle, sociologique et politique que nous livrent, ici, les deux auteurs. Le lecteur qui connaît le Liban sera familier des thématiques abordées, des noms cités ; par exemple « Pépé Abed » de Jbeil… Antoine SFEIR, récemment disparu, signe la Préface de ce livre alerte et vif. « Encore un livre sur le Liban ? – dit-il. Oui, sans doute, mais c’est aussi un livre différent ». S’il nous parle de la quotidienneté des petites gens et des plus grands, il sait aussi nous embarquer dans un avenir imaginé en 2049 après la chute et après la renaissance de Beyrouth. Un livre qui donne envie de prendre l’avion pour le Liban… Enjad ! Bien sûr !!!

 

Patrice SABATER, cm

7 novembre 2018

 

Nathalie BONTEMS et David HURY, Jours tranquilles à Beyrouth. Préface d’Antoine Sfeir. Ed. Riveneuve, Paris 2008. 207 pages.

Aller au lien