Dominican International University

Ordre des Prêcheurs - Freres Dominicains

Mimosa

25/06/2018

Alexandre NAJJAR

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

 

Nous prenons l’habitude des personnes et des choses comme si elles étaient intemporelles et puis, voilà qu’un jour au moment où l’on ne s’y attend pas, il faut trouver des mots. Les mots, qui viennent, que l’on cherche, que l’on se répète… ou que l’on change au dernier moment parce que l’on ne peut pour l’instant les dire, sont ceux de l’au-revoir. On les murmure, et puis… il faut se rendre à l’évidence. Alexandre NAJJAR nous parle ici de Mimosa, sa mère, sa maman décédée au mois de mai 2017… « Mimosa » - écrit-il – « ce surnom qui te va si bien ». En octobre 2007, l’auteur avait déjà rendu un vibrant et touchant hommage à son père dans un ouvrage intitulé « Le silence du ténor ».

Un mot vient aux lèvres et on s’aperçoit que ce mot, qui est né dans son cœur, est celui qui va qualifier au plus près et au plus juste la personne dont il parle… « Maman, Mama, Mimo, Mimosa est venu comme ça. Et ensuite, je me suis rendu compte que pour quelqu’un comme elle qui aimait tellement les plantes, les fleurs… donc, je trouvais que ce surnom lui allait très bien ». Alexandre, premier d’une fratrie de six enfants, doit dire ses mots, non pas seulement comme un fils aîné, mais comme un admirateur, un inconditionnel de celle qui sera pour lui son premier public, un exemple, une histoire vécue qui continue à tutoyer la vie. Si « le Monde est vide sans toi ... », elle n’est pas morte pour autant. Comme les fleurs du jardin, elle poursuit sa route. Non. Il le dit sobrement et tendrement : « Aujourd’hui, maman n’est pas morte ».

Les mots se bousculent car ils sont si nécessaires pour décrire la personnalité de celle qui lui a donné la vie, née en 1940 à Beyrouth sous le Mandat français, de père médecin. Une femme, comme beaucoup d’autres femmes libanaises, au caractère affirmé pour vaincre les peurs durant la guerre du Liban débutée en 1975, pour garder le courage afin de pouvoir élever ses enfants. Une femme de son temps, mais également une femme moderne qui apprend à conduire, qui lit Madame Bovary de Flaubert, Sartre, Simone de Beauvoir, Malraux, et Camus, qui écoute Brassens et Ferré. Elle est aussi attirée par Joan Baez, Oum Kalsoum et Fayrouz… Le monde ne se referme pas sur elle et sur sa famille. Il s’ouvre tout au contraire ! Alexandre regarde sa mère, la tient par la main et se sent complice de cette femme de qui il apprend une bonne partie de ce qu’il sait. Mimosa, une femme libanaise. A travers ces pages et cette personnalité dynamique et quelque peu avant-gardiste, l’auteur nous parle du Liban, des trois associations que sa mère soutient ; dont celles des Dames de la Charité (fondées par saint Vincent-de-Paul). Une femme libanaise qui, à cause de la guerre, perd ses repères, ses rêves d’adolescentes, puis de jeune fille et de maman. Elle fait front comme toutes les autres femmes libanaises. Elle en gardera, néanmoins, un souvenir blessé tout au long de sa vie.

Il faut dire les mots, les écrire, raconter. Alexandre NAJJAR le fait parce qu’il les a appris de sa mère Mimosa qui l’a encouragé à écrire. Et depuis, faut-il le dire, il ne s’en n’est pas privé ! Dans une interview donnée à une station de radio française, l’auteur avoue : « Ecrire est une sorte de thérapie parce que j’ai pu combler le manque par les mots. En écrivant, elle était encore vivante. Ce n’est qu’à la fin qu’elle a disparu. Mais en même temps, j’exorcisais la maladie et la mort à travers les mots. En fait, j’avais arrêté d’écrire après « Le dictionnaire amoureux du Liban », j’ai eu un moment où j’étais un peu vidé… Et donc, lorsqu’elle est tombée malade, et que je me suis dit que j’allais écrire sur elle, j’ai senti, que non, les mots n’étaient pas inutiles parce qu’ils pouvaient nous raccrocher à des personnes qu’on aime…». Et, au long des pages, au gré des mots qui en poussent d’autres, au fil des souvenirs et des évocations, sans doute y a-t-il une deuxième naissance à venir, une présence à celle que l’on aime, et qui s’en va, et que l’on prie une fois encore en la présentant à sainte Rafka et à saint Charbel… donner vie à celle qui nous a donné la vie. Mimosa !!! Peut-être un peu « rebelle » comme le Liban qui s’est accroché à la vie contre toute attente, la mère d’Alexandre NAJJAR s’accroche à la vie, et continue à vivre auprès des siens avec passion, avec délicatesse.

Le livre plein d’anecdotes familiales souriantes et de moments plus difficiles est un dernier et magnifique message à la fleur que, pour l’auteur, fut Mimosa sa mère. En cette période prochaine de la Fête des Mères, il donnera aux fils (et aux filles), la possibilité de vivre au fil de ces pages une émotion intacte et pudique d’un fils qui regarde sa mère aller. Un livre plein de saveurs… A lire.

Patrice SABATER, cm
6 mai 2018

Alexandre NAJJAR, Mimosa. Editions Les Escales. Coll. Domaine français. Paris, novembre 2017. 140 pages. 14,90 €
 

Aller au livre






Ressources liés

Trier par :    Date | Nom

Les racines juives de la messe

25/06/2018

Jean-Baptiste NADLER. Préface de Haïm KORSIA

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

Lire la suite


Le monachisme d'Orient

25/06/2018

Hiéromoine ELISÉE

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

Lire la suite

Le mois le plus long. Ramadan à Istanbul

25/06/2018

François GEORGEON

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre


 

Lire la suite


De l'Orient à l'Occident. Orthodoxie et catholicisme

25/06/2018

Père Placide DESEILLE

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

Lire la suite

Nos racines juives

25/06/2018

Pasteur Antoine NOUIS

Père Patrice Sabater, cm

Aller au livre

Lire la suite



Pages :