DOMUNI UNIVERSITAS

L'esprit et le droit

Libéralisme et droits fondamentaux

Libéralisme et droits fondamentaux 4 août 2014

Au terme de ce colloque, qui a rassemblé une vingtaine de chercheurs en droit, théologie, philosophie, histoire et sciences sociales, sur les lieux même où ont vécu Francisco de Vitoria et ses premiers disciples, je me souviens de ce matin de février 2014.

Nous étions à Madrid en réunion avec la section hispanophone de Domuni. L’idée a germé d’un colloque à Salamanque … Le chapitre général de l'Ordre des prêcheurs, réuni l'été précédent à Trogir, avait demandé que la pensée et l’actualité de Francisco de Vitoria et l’Ecole de Salamanque soient mises en valeur... d’autant plus que nous célébrons le 8e centenaire de l’Ordre des Prêcheurs.

Si la devise de l’Ordre des prêcheurs est veritas, un second mot nous rassemble. C’est celui de compassion.

La recherche de la vérité ne peut se mettre en œuvre que dans une quête permanente de la justice, la dénonciation des inégalités, la réparation des relations blessées, brisées, la visée d’une certaine harmonie à l’échelle de l’homme et à l’échelle du monde.

Durant quatre jours, dans ces lieux de mémoire, à quelques mètres du panthéon des théologiens où reposent Vitoria et ses frères, notre colloque fut l'occasion d'une discussion profonde, d'exposés amples, de détails inédits et d'une fraternité rare, entre hommes et femmes, de langues, de cultures, de formations différentes.

Certes, notre contribution est et restera modeste. Mais, comme Vitoria et Las Casas, nos frères et nos maitres du 16e siècle, nous avons osé une parole, une réflexion, une responsabilité dans l’Eglise et le monde.

Dans l’Ordre des prêcheurs, en dépit de toutes les imperfections de la nature humaine, nous avons la profonde conviction que le droit est l’incarnation de l’amour et que l’amour véritable requiert le droit. Comme le soulignait Augustin Wiliwoli en cette toute dernière intervention, la reconnaissance de droit permet l’estime de l’autre mais aussi l’estime de soi.

S’il nous est permis de prier, la parole peut être celle d’une action de grâce et d’une certaine espérance. Vitoria, Las Casas sont des témoins privilégiés pour notre recherche. Ils furent sans doute taxés d’un peu d’idéalisme ! Pour ma part, je retiendrai une chose : les utopies d’aujourd’hui sont la réalité de demain.

Les Actes seront publiés à l'automne 2014.

Revivez le colloque de Salamanque en vidéo

 

 

 

 



« Le plus récent Le plus ancien »