DOMUNI UNIVERSITAS

(ECTS نظام النقاط (الاعتمادات:
أستاذ:


Résumé du cours

La lettre de Paul aux Romains, écrite aux environs de l’année 57 ap. J.C., représente l’un des derniers documents que nous tenons de l’apôtre. Adressée à une communauté qu’il n’a pas fondée, dans laquelle se manifestent des tensions qu’il veut apaiser, et auprès de laquelle il veut s’introduire, la lettre apparaît comme l’une des plus paisibles et des plus élaborées théologiquement de l’apôtre ; au point que certains commentateurs ont voulu y reconnaître une sorte de traité théologique plus qu’une lettre…

On verra qu’il n’en est rien : Romains est bien une lettre, certes un peu longue et préfigurant à ce titre le genre de la « lettre apostolique », mais adressée à une communauté en fonction de problèmes qui se posent en son sein. Parmi tous ces problèmes, il faut mettre en exergue ici celui des relations entre judéo-chrétiens et pagano-chrétiens : ces derniers étaient devenus majoritaires dans la communauté à la suite de l’expulsion des judéo-chrétiens de Rome par l’empereur Claude en 41 ap. J.C., mais le retour des judéo-chrétiens à partir des années 50 n’a pas manqué de poser des problèmes de coexistence ; c’est en particulier pour faire face à ces problèmes que, fort de son expérience acquise par exemple à Antioche, Paul intervient (voir les chapitres 14-15) afin de défendre l’égalité du statut du judéo- et du pagano-chrétien devant Dieu, tout en maintenant subtilement une priorité de l’élément d’origine juive.

Aux judéo-chrétiens, il va rappeler que les pagano-chrétiens, bien que ne faisant pas partie du peuple élu, peuvent maintenant se recommander de la paternité d’Abraham, en vertu de la justification par la foi (voir en particulier les chapitres 1-4) ; il va rappeler surtout (chapitres 7 et 10) que la loi mosaïque porte en elle la révélation du Christ, et que c’est d’ailleurs là sa « fin » ; aux pagano-chrétiens, il va rappeler que les juifs bénéficient d’une priorité, qu’ils sont ainsi la racine de l’arbre sur lequel eux, pagano-chrétiens, ont été greffés (voir les chapitres 9-11).

Le péché, le baptême, l’impuissance de la Loi mosaïque, la place de la création dans le plan du salut, sont aussi quelques éléments du débat entre les deux « factions » : Paul va donner son éclairage dans les chapitres 5 à 8.

Objectifs

Ce cours souhaite :

- Constituer une lecture approfondie de la lettre aux Romains, en mettant en relief son orientation tout à la fois théologique et pratique.
- Mettre en valeur le profond enracinement juif de l’apôtre, très perceptible dans son traitement de l’Écriture dans les chapitres 9-11.
- Rappeler que la "justification par la foi" n’est qu’un des aspects de la théologie paulinienne, au service d’une idée maîtresse qui est celle de la reconnaissance par tous les hommes, païens y compris, de leur filiation commune en Christ.

Niveau du cours

Ce cours est donné à des étudiants de 2e et 3e année de licence de théologie. Mais il peut permettre à des étudiants de maîtrise d’approfondir certains aspects de la lettre aux Romains.

Pré-requis

Une lecture préalable attentive de la lettre aux Romains, voire le parcours d’une introduction, aideront certainement à la lecture de ce cours et, en particulier, à une meilleure compréhension des questions discutées. En revanche, la connaissance du grec, souhaitable, ne constitue pas une nécessité.

Bibliographie recommandée

Les commentaires de la lettre de Paul aux Romains abondent, mais il en existe peu en français. Parmi eux, on singularisera celui de F.J. Leenhardt, dans la collection Commentaire du Nouveau Testament, paru chez Labor et Fides : comme tous les ouvrages de cette collection, celui-ci évite les débats techniques, tout en offrant une lecture attentive et pleine de discernement de tous les aspects de la lettre.

On n’oubliera pas non plus le numéro 65 des Cahiers Évangile, commentaire de l’Épître aux Romains, par Charles Perrot : celui-ci, qui fut mon directeur de thèse, en a repris, sans me citer, quelques éléments clés dans le commentaire du chapitre 4.