DOMUNI UNIVERSITAS

(ECTS نظام النقاط (الاعتمادات:
أستاذ:

Dans ce cours, entièrement audio (conférences enregistrées), le frère Jean-Miguel Garrigues op, avec sa clarté et sa précision bien connues, aborde des questions très actuelles comme « La conscience humaine du Christ » ou « Le procès de Jésus ».
Jésus a-t-il eu une conscience progressive de lui-même, comme tout un chacun ? A-t-il grandi dans la perception de sa mission et de son identité ou bien, étant le Verbe du Père, a-t-il eu, dès le début, une connaissance immédiate de sa relation au Père dans la communion de l’Esprit Saint ? Pouvait-il ignorer combien de pains et de poissons la foule avait emporté ou bien le lieu où reposait son ami Lazare ? Posait-il des questions dont il connaissait la réponse ? Comment pouvait-il deviner les pensées intimes de ses interlocuteurs ? A-t-il appris à lire ? Connaissait-il toutes les langues ? Dans la ligne des grands débats christologiques des premiers siècles où l’on s’est interrogé sur l’existence d’une ou deux volontés en Jésus-Christ, pour préciser qu’il y en avait bien deux, y aurait-il maintenant place pour deux personnes, l’une humaine, l’autre divine ??? Jésus aurait-il été un « chercheur de Dieu » ? Peut-on distinguer plusieurs formes de connaissance ? Une connaissance bienheureuse, une connaissance infuse, une connaissance acquise ?

***

Le sujet est tout à fait passionnant, les enjeux pour la révélation et le salut de l’humanité sont essentiels, et le frère Jean-Miguel excelle à fournir les instruments intellectuels pour l’aborder avec finesse et précision technique, en fournissant les sources où nourrir la méditation. Voilà une étude à la fois très théologique dans sa discipline et très contemplative. Il en est de même pour la deuxième partie où l’on découvrira que les acteurs du drame n’avaient pas conscience, bien entendu de l’importance de ce qui se vivait, ni de l’identité de la principale victime. Leur responsabilité était somme toute relativement banale, tout comme celle des nazis, ainsi que le faisait remarquer Annah Arendt lors du procès de Adolf Eichmann. On le voit, l’enseignement du frère Jean-Miguel Garrigues op ne manque pas de relief et il est nourri d’une vaste culture tout à la fois historique et contemporaine (allusions au film « La passion du Christ » de Mel Gibson).