DOMUNI UNIVERSITAS

Brevet théologique 4 : Les fins dernières et l’eschatologie

Les hommes n’ayant pas pu trouver réponse à la question de la mort, ont décidé de n’y point penser. Notre culture occidentale, à l’opposé de toutes celles qui l’ont précédée et qui l’entourent, préfère le divertissement à la lucidité.

Cela n’aide donc pas à penser la question de la fin de la vie et de l’au-delà en termes contemporains. Les images manquent, le vocabulaire aussi. Cette question doit de plus être située dans le contexte plus large de l’histoire du monde et de son devenir ultime. Il ne s’agit pas seulement de la fin de chacun mais de la fin du monde comme tel.