DOMUNI UNIVERSITAS

(ECTS نظام النقاط (الاعتمادات:
أستاذ:

A. Approches diverses


Comment aborder la liturgie ?
De multiples approches sont proposées aujourd’hui qui reflètent, en fait, la subjectivité de chacun.Pour certains la créativité est l’élément clé : ce besoin de créativité en liturgie provient du désir d’y trouver l’expression de l’expérience spirituelle de chaque communauté chrétienne réunie pour le culte.
Ceux-ci voudront donc inventer de nouvelles prières, de nouveaux rites, de nouveaux gestes, de nouvelles fêtes. Là se trouve, pour eux, le critère premier de la beauté de la liturgie, de sa vitalité. En bref, ils cherchent à célébrer la vie.

D’autres au contraire sont en quête d’une liturgie qui leur permettra d’oublier les épreuves de la vie, les difficultés de chaque jour. Ils fuient la fuite de la réalité quotidienne et recherchent une beauté qui les transporte au ciel, dans un ailleurs.

D’autres encore cherchent la beauté pour la beauté et s’attachent à l’exécution parfaite des gestes, du chant.

Il y a encore ceux qui viennent aux célébrations liturgiques parce qu’ils sont chrétiens pratiquants mais sans connaître vraiment le pourquoi de leur démarche.

Sans compter ceux qui ne comprennent rien aux rites, aux gestes, aux mots employés, et qui finissent par se désintéresser de la liturgie parce qu’elle est étrangère à l’univers où ils vivent.

Célébrer la vie ou, à l’opposé, rentrer dans un monde sans lien avec notre vie ?
C’est à ce dilemme que l’on réduit souvent la question de la liturgie et c’est à partir du choix qui est fait qu’on l’aborde alors. Mais est-ce bien la vraie question ?

B. Définition du mot

Etymologiquement, liturgie signifie : « œuvre publique », « service de la part/en faveur du peuple », du grec leitourgía, de laós, « le peuple » et de la racine ergo, « faire, accomplir ». La liturgie était, dans la Grèce antique, un service public mis en place par la cité ; les plus riches, de plus ou moins bonne grâce, en assuraient le financement et la gestion avec leur fortune personnelle. Ce service trouvait sa légitimité dans l’idée que « la richesse personnelle n’est possédée que par délégation de la cité. »

Dans le Nouveau Testament, le mot liturgie est employé pour désigner non seulement la célébration du culte divin (cf. Ac 13,2 ; Lc1,23), mais aussi l’annonce de l’Evangile (cf. Rm 15,16) et la charité en acte (cf. Rm 15,27). (CEC 1070).

Dans le langage chrétien, liturgie signifie toujours une fonction réalisée par un groupe : d’où l’interprétation vulgarisée de « action du peuple de Dieu ».
En réalité, lorsque le mot est transposé dans le mystère chrétien, il signifie que le Peuple de Dieu prend part à l’œuvre de Dieu. Sur le site du diocèse de Dax,
on trouve une application pratique de cette définition du mot liturgie... qui laisse à désirer :
« Se lever le matin, préparer un repas, dire bonjour :
voilà quelques actions liturgiques que nous vivons quotidiennement, sans même nous en rendre compte ! En effet, une liturgie est une action qui nous fait entrer dans quelque chose de nouveau et qui nous met en relation.
C’est une action qui est repérable à des gestes, à des signes, à des symboles, à des paroles, à des rites. C’est une action qui traduit ce que nous vivons à un moment précis, dans un lieu particulier, en relation avec d’autres. »
Toute la dimension du Mystère a disparu. Mais qu’est-ce que cela veut bien dire ?

C. Liturgie et Mystère

Dans le Compendium du Catéchisme catholique de Benoît XVI, la
liturgie est présentée comme « la célébration du Mystère chrétien » et fait l’objet
d’une deuxième partie, qui vient après la profession de la Foi. Pour parler de la célébration liturgique, il faut donc commencer par expliciter ce que recouvre le
Mystère que nous confessons.

D. Un évènement

La liturgie est présence du Mystère, elle est L’EVENEMENT de la Pâque.
Il n’est donc pas possible de parler de liturgie sans parler de Mystère, d’alliance, de célébration, de textes officiels. C’est le plan que nous allons suivre.

Nous commencerons donc par essayer d’expliciter ce que la tradition entend par Mystère et par économie du salut, car c’est ce que l’Eglise annonce et célèbre
dans sa liturgie. Nous verrons ensuite comment l’Eglise l’annonce et le célèbre dans la liturgie.

PLAN DETAILLE :

Introduction Qu’est-ce que la liturgie ?

A. Approches diverses

B. Définition du mot

C. Liturgie et Mystère

D. Un évènement

Etape 1 Chapitre I. Le Mystère

A. Un dessein éternel

B. L’économie du salut

C. Le Christ dévoile et accomplit le Mystère

D. L’Eglise, présence du Mystère

E. Texte

Etape 2 Chapitre II. Le déroulement des temps

A. Création (commencement des temps) et alliances (déroulement des temps)

B. L’alliance noachique

1. Rupture avec Dieu

2. Alliance

3. Dédale

C. L’alliance abrahamique
1. Sortie d’un dédale
2. L’alliance
3. Vers un nouveau dédale

D. L’alliance mosaïque
1. Sortie du dédale : un déchirement
2. Le chemin. L’errance
3. La Torah
4. Le lieu de la promesse
5. Célébration de la Pâque et de la Pentecôte

E. Textes
1. Premier texte
2. Deuxième texte

Etape 3 Chapitre III. La plénitude des temps

A. L’incarnation et la nouvelle alliance
1. Le OUI de l’annonciation
2. Le baptême de Jésus

B. L’Heure du Christ

Etape 4 Chapitre IV. Les derniers temps La liturgie éternelle dans notre monde

A. L’Ascension : le Christ grand-prêtre

B. La Pentecôte

C. Textes
1. Premier texte
2. Deuxième texte

Etape 5 Chapitre V. La célébration liturgique et les canaux de l’eau vive

A. Dimension temporelle

B. Dimension spatiale

C. Des signes

D. Les événements de la vie

Etape 6 Chapitre VI. L’économie sacramentelle jaillissement de la liturgie

A. Le Mystère à travers des signes

B. Coopération de l’Esprit et de l’Eglise

C. La liturgie est un culte

D. Par la liturgie, Dieu s’adapte à l’homme

E. Une fête

F. Texte
Irénée, Adversus Haereses, III,17,1-3