Dominican International University

Ordre des Prêcheurs - Freres Dominicains

Formation Théologie

Un cursus complet en théologie (Licence, Master et Doctorat de théologie)

La théologie du point de vue dominicain

Théologie et sciences religieusesContemplare et aliis contemplata tradere disait saint Thomas d’Aquin. L’enseignement de la théologie à l’université Domuni vise à communiquer aux étudiants le goût de la vérité contemplée, la saveur la Parole de Dieu, le courage intellectuel de comprendre et d’exprimer progressivement, avec ses propres mots, ce que l’on croit.

Ils préparent à la licence en Théologie et au master en Théologie, selon les normes européennes LMD. Ils débouchent sur un diplôme d’Etat (français) en Théologie Catholique et peuvent conduire au doctorat.

Il débouche sur un diplôme commun à l'université Domuni et à l'Université Catholique de Louvain.

  • Le doctorat de théologie

C'est un doctorat d'établissement.

Présentation de Domuni sur KTO

Les enseignants

Les cours de théologie de Domuni sont dispensés par des professeurs convaincus qui vivent le plus souvent en communauté. Vivant par la pratique ce qu’ils croient, ils offrent une formation théologique toute empreinte de vie théologale et sapientielle.

Témoignage du fr Gilles Emery op

Les cours

Domuni universitas propose une offre de formation étendue allant de la formation continue diplômante (licences et masters) aux formations plus courtes (validées sous formes de brevets ou de certificats ou simplement « à la carte »).

Formations diplômantes

licence 1, 2 et 3 en théologie (diplôme d’état),  master 1 et 2 en théologie.

Certificats d’étude théologique

(culture générale) : 3 certificats au choix, 15 ECTS

Brevets d’étude théologique 

(spécialisation) : 12 brevets au choix, 15 ECTS

Se renseigner sur les formations en théologie

Une formation très synthétique

L’étude de la théologie ne consiste pas seulement à scruter des mystères compliqués, elle suppose une bonne connaissance de la Bible, donc de l’histoire biblique et de la sociologie des peuples d’Orient. Elle suppose une ouverture aux courants de pensée contemporains de son élaboration et donc particulièrement une étude de la philosophie à laquelle la théologie emprunte beaucoup d’instruments intellectuels qui lui sont nécessaires. L’éthique est un domaine important de la théologie, tant au plan personnel qu’au plan social et communautaire.
Le bachelor (licence) en théologie vise à communiquer une vision synthétique de l’histoire de la révélation et de la réflexion humaine et spirituelle qu’elle a entraînée. Chaque cours pourrait justifier le travail d’une vie entière, et plus encore, mais ce qui est recherché n’est pas une connaissance exhaustive et impossible, mais une connaissance globale, nécessairement rapide et incomplète, mais équilibrée et organique. Il ne s’agit pas de se spécialiser dès les premières années mais tout au contraire de chercher une vue générale qui permettre de situer les matières les unes par rapport aux autres et les questions dans leur contexte global. Le master en revanche est le moment où l’on peut approfondir une question en se spécialisant lors de la rédaction du mémoire de deuxième année. Le Phd (doctorat) ouvre sur la recherche pointue en vue d’une publication et d’un enseignement universitaire.
La formation théologique que propose l’université Domuni est accessible à ceux qui ont terminé leurs études secondaires et qui souhaitent devenir théologiens. Elle convient également à tous ceux que ces études auraient intéressé mais qui ont privilégié une carrière professionnelle plus classique. La flexibilité des études rend celles-ci tout à fait compatibles avec des responsabilités familiales et professionnelles. Conformément aux règles des accords passés à Bologne entre les universités européennes, des équivalences sont accordées, prenant compte des diplômes obtenus et de la validation des acquis de l’expérience professionnelle.
Un théologien doit être capable d’analyse et de logique, de raisonnement critique et de clarté dans l’argumentation. Il doit savoir s’exprimer de manière convaincante à l’écrit comme à l’oral. Ces facultés peuvent avoir été cultivées dans une formation universitaire antérieure. Réciproquement, l’étude de la théologie peut permettre d’aborder, à nouveaux frais, des questions qui se posent dans la profession du nouvel étudiant, au plan éthique et anthropologique, au plan historique et social... Un dialogue s’établit ainsi entre disciplines permettant cette véritable trans-disciplinarité que souhaite le pape François pour les universités (Veritatis Gaudium 4, c)

Trans-disciplinarité et trans-culturalité

papeL’université Domuni privilégie cette trans-disciplinarité au sein de ses différentes facultés. L’université Domuni souhaite aussi que s’établissse une trans-culturalité, le dialogue entre les cultures. Les facultés sont multilingues et les étudiants peuvent dialoguer, par voie de forum, en des langues vivantes différentes. A la mondialisation de l’économie doit correspondre une mondialisation de la morale et de la pensée. L’enseignement à distance, par le biais d’Internet, est une voie privilégiée pour y parvenir, avec de grands résultats tout en utilisant des moyens économiquement limités. La faculté de théologie permet cet échange entre étudiants et entre professeurs, entre les disciplines et aussi entre les cultures linguistiques. Les forums sont accessibles à tous, en différentes langues, les bibliographies sont mises en commun, les publications aussi.

Débouchés potentiels

Après une licence théologie, il est possible, en certains pays comme la Belgique ou la Suisse, d'accéder aux métiers de l'enseignement et de l’éducation. Mais il est aussi possible de rejoindre d’autres filières professionnelles, du fait même que l’université Domuni conduit aux diplômes nationaux de l’Etat français en théologie. Il est possible de se présenter aux concours administratifs, de travailler dans l’édition, de devenir journaliste. Une bonne formation théologique peut être apprécié dans un diocèse pour la formation des formateurs, en catéchisme par exemple.

Un grand nombre de cours

L’université Domuni bénéficie d’un réseau de professeurs et d’instituts d’études partenaires, très étendu. Il va de l’Ecole Biblique de Jérusalem à Louvain en passant par Fribourg, Rome, Madrid, Cambridge, Bogota, Washington, Johannesburg… Plus de cinq cents cours sont ainsi proposés, sur des sujets très variés. Ils ont permis d’organiser les trois années de licence (bachelor) de théologie, de proposer différents parcours spécialisés de master et de permettre de préparer une thèse de doctorat sur un sujet parfois très pointu. Mais ces enseignements sont aussi accessibles séparément pour tout un chacun. Sous l’onglet « diplôme » un menu déroulant indique « cours à la carte ». On peut y sélectionner les enseignements suivant les disciplines, ou les sélectionner par titres. Pour la Bible, on écrira par exemple : Ancien Testament, Nouveau Testament, Genèse, Psaume, épître, Apocalypse… De très nombreux cours de patristique présentent les Pères de l’Eglise, depuis les pères du désert jusqu’à saint Bernard en passant par les Cappadociens et Augustin, ce qui permet de présenter les controverses christologiques entre les patriarches d’Antioche, Alexandrie et Constantinople, ainsi que l’élaboration progressive du dogme trinitaire au cours des grands conciles œcuméniques. Pour la théologie doctrinale, on cherchera : Trinité, Christologie, Jésus-Christ, Messie, Esprit Saint, Ecclésiologie, Sacrements, mais aussi, pour entrer plus en détail, baptême, eucharistie, confession, liturgie, Vatican II. Pour la théologie morale, on pourra trouver de nombreuses approches en choisissant les cours sur les fondements de l’éthique et sur l’anthropologie ou, de manière plus spécialisée, sur la bioéthique ou la doctrine sociale de l’Eglise. Plusieurs cours sont proposés en eschatologie, pour aborder les questions de l’au-delà de la mort, du purgatoire, de l’enfer et du paradis, où sont développées en particulier les documents du magistère comme les thèses du cardinal Ratzinger, futur pape Benoît XVI. Les cours, pour la plupart, ont déjà été enseignés dans des centres d’études, des universités ou des instituts catholiques, en présentiel. Ils portent sur tous les domaines de la foi catholique, depuis la présentation générale des Saintes Ecritures, l’exégèse et l’herméneutique des textes bibliques, jusqu’au Droit Canon, avec l’étude des institutions religieuses, la place du clergé et des différentes structures pastorales, paroissiales et diocésaines sans oublier l’œcuménisme, l’histoire de l’Eglise catholique mais aussi des églises orthodoxes et des églises protestantes, dans leurs relations tumultueuses au long des siècles, depuis Luther et Calvin. L’étude de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en France, est aussi l’occasion de développer une réflexion sur la liberté religieuse dans une société laïque et sécularisée. En Amérique Latine, une présentation de l’histoire de la théologie de la libération et du développement des mouvements évangélistes et pentecôtistes conduit à s’interroger sur les chemins de la diffusion de l’évangile et de la prédication de la foi chrétienne dans un contexte missionnaire. Une étude œcuménique des ministères ecclésiaux est proposée. La hiérarchie de l’Eglise catholique est présentée, avec les différents ministères ordonnés, diacres, prêtres, vicaires et doyens, évêques et archevêques, cardinaux mais aussi les ministères institués, réalisés par des laïcs pour bien des services pastoraux depuis les préparations sacramentelles jusqu’aux aumôneries, l’organisation des obsèques et l’enseignement du catéchisme. La question du dialogue interreligieux est d’actualité. Elle suppose une bonne connaissance de l’histoire des religions mais aussi un approfondissement philosophique sur le fait religieux. Une introduction au judaïsme est proposée ainsi qu’à l’hindouisme, au bouddhisme, au Coran et à l’Islam. Plusieurs thèmes sont abordés dans une perspective œcuménique où la parole est donnée à des pasteurs protestants et à des théologiens orthodoxes pour que soient présentés conjointement le point de vue doctrinal-ecclésial de l’Eglise catholique romaine, celui de l’orthodoxie et celui du protestantisme. Entrer en théologie n’est pas seulement s’imprégner d’une tradition intellectuelle, ni même seulement se préparer à la vie pastorale, c’est aussi un engagement existentiel qui va bien au-delà de la simple piété : une participation au souffle prophétique de Jésus de Nazareth et à sa résurrection. Quatre cours sur l’expérience de Dieu, et bien d’autres de spiritualité, permettent d’illustrer les différentes manières d’être croyant, de situer les différentes vocations, les ordres (bénédictins, dominicains, franciscains, carmes…), les jésuites, les instituts religieux et les congrégations, la vie contemplative et la vie apostolique, bref la vie mystique en ses charismes multiples et variés. Des journées d’études sont organisées à Paris, Bruxelles et Genève afin qu’étudiants et professeurs puissent régulièrement se rencontrer.