Dominican International University

Ordre des Prêcheurs - Freres Dominicains

M2 - Histoire et culture bibliques

Crédits: 60 ECTS

Durée : 1 an (étalement possible)

Diplôme : d'Etat

Condition minimum : M1 (ou équivalent)

Co-habilitation : Programme de Recherche "Bible en Ses Traditions", Ecole Biblique et Archéologique de Jérusalem

 La Bible a façonné plusieurs civilisations. Elle est au fondement des trois grandes religions monothéistes. Pour entrer dans l'imaginaire biblique, il faut parcourir les Ecritures mais aussi voyager avec elles dans l'histoire de leur réception, entrer dans l’émotion que communiquent certaines œuvres d’art, découvrir les textes philosophiques ou littéraires qui s’en inspirent, se confronter à des questions politiques brûlantes… La Bible est vivante dans ses interprétations. Le lecteur se trouve devant un fleuve immense, aux affluents multiples.

Le programme de recherche de l’Ecole Biblique et Archéologique de Jérusalem

Domuni universitas s’associe pour ce master « Histoire et cultures bibliques » au programme de recherche de l’Ecole Biblique et Archéologique de Jérusalem, La Bible en ses Traditions. Outre des cours de spécialisation, des séminaires interactifs en ligne, il propose un travail de recherche (mémoire) original. L’étudiant est intégré à l’équipe de recherche de la Bible en ses Traditions, où il est invité à produire à son tour l’histoire de la réception biblique, dans un domaine propre, qui peut être celui de sa formation initiale.

Ainsi, ce master est volontairement ouvert à des étudiants émanant d’autres horizons que la théologie ou les études bibliques : littérature, arts, cinéma, architecture, archéologie, musique, philosophie … et toute discipline en interaction avec l’univers biblique. Il n’est pas réservé aux étudiants chrétiens : il s’enrichit de la diversité culturelle et religieuse.

Témoignage de sr Agnès

 Quatre cours à choisir parmi dans la liste ci-dessous et à faire valider par la direction des études, et un séminaire.




Liste des cours

Sept leçons sur le Cantique des cantiques

IN081    La lecture juive traditionnelle du Cantique puis la lecture chrétienne ouvrent sur l’expérience mystique.

Lectures de la Genèse

BB004    La Genèse est pour les chrétiens un texte inspiré. Il est donc essentiel de voir en quel sens il a été lu et relu par les chrétiens. Ceci introduit au cœur des questions théologiques en particulier la notion d’inspiration.

Grec biblique

BB020    Au terme de ce cours, l'étudiant devrait être capable de lire par lui-même, en grec, la plupart des textes des évangiles, tout en poursuivant un approfondissement de la langue à l’aide d’une grammaire.

Lecture théologique du livre de Job

IN127
La lecture du livre de Job présente un côté déroutant, car le livre est extrêmement complexe. C’est la raison pour laquelle il a été lu de manières fort diverses. Avant d’entrer dans le livre, il convient de faire une lecture cursive, pour laquelle je donne quelques repères en considérant le livre dans son unité textuelle.

Approches de l'évangile de saint Jean

IN128    Il y a encore cinquante ans, le grand exégète Bultmann estimait que l’évangile de Jean
était le fruit d’une pensée grecque. Depuis lors, les choses ont bien changé.

Hébreu biblique

IN133    Notre cours d'hébreu biblique se veut une initiation, dans les deux sens de ce terme, à la fois minimaliste et maximaliste.

Introduction à la lecture des prophètes

IN146    Le terme « prophète » est mal compris. La particule « pro » qui entre dans la composition du mot grec (prophète) transcrit en français n’est pas un « pro » temporel (dire à l’avance)...

Les Evangiles synoptiques

IN150    Les évangiles sont des documents tout autres que des lettres. Leur origine est sans aucun doute la prédication apostolique qui s’est appuyé sur les enseignements et les actes de Jésus avant Pâque...

Douze leçons sur l'Apocalypse

IN007-2    Faut-il avoir peur de l’Apocalypse ? La question relève le sens habituel du mot qui évoque le malheur.
En effet, le livre est empli d’images qui suscitent la terreur. C’est la raison pour laquelle il y a eu de grands débats pour l’admettre dans le canon des Ecritures.

Pages:
1 2 3